Après la venue de Greta Thunberg à l’Assemblée Nationale, les critiques affluent. Certains remettent en cause son âge, d’autres son discours et certains même son humanité, et oui quand même. Popularisée depuis un peu moins d’un an, cette jeune militante suédoise ne cesse de déchaîner les foules. D’abord saluée pour son discours à la COP24 en décembre 2018, elle fait désormais face à une avalanche de critiques. Mais pourquoi tant de haine ?

“Mais qui est donc cet enfant ?!”

Pour certains l’âge n’a pas d’importance, pour d’autres le simple fait d’annoncer avoir 15 ans fait office critère d’immaturité, de manque d’expérience et d’impossibilité d’être pris au sérieux. Mais quand il s’agit en plus de parler politique et de crise climatique, l’accumulation devient très vite dérangeante. Greta Thunberg en est la figure absolue. Cette jeune Suédoise, désormais âgée de 16 ans, a selon ses dires depuis la plus tendre enfance était préoccupée par les problèmes environnementaux et le changement climatique. C’est en mai 2018 que sa vie va changer. Elle est l’une des lauréates d’un concours organisé par la Svenska Dagbladet (un journal très populaire en Suède) qui proposait d’écrire un article à l’intention des jeunes sur le réchauffement climatique. À la suite de ça, plusieurs personnalités influentes du milieu la contactent et son nom se fait connaître. Elle reçoit de nombreux prix et récompenses pour ses actions. 

« Notre biosphère est sacrifiée pour que les riches des pays comme le mien puissent vivre dans le luxe. Ce sont les souffrances du plus grand nombre qui paient pour le luxe du plus petit nombre. Et si les solutions au sein du système sont impossibles à trouver, nous devrions peut-être changer le système lui-même. »

toteem-totebag-sacs-ethiques-toile-coton-bio-greta-thunberg-ecologie-manifestation

Pourquoi sa venue à l’Assemblée Nationale dérange tant ?

Les critères semblent nombreux : son âge, son genre, sa popularité, son domaine d’action, son véganisme…? Ce qui est risible pour certains ne l’est pas pour d’autres, et malheureusement, les critiques fussent, parfois violentes et hors de propos :

« Dommage que la fessée soit interdite, elle en mériterait une bonne. »
Emmanuelle Ménard (Sans Étiquette)

« J’aurais aimé qu’il soit remplacé* par Greta Thunberg qui, végane, n’aurait jamais pu causer la mort de ces pauvres crustacés géants ! Cette jeune fille a le visage, l’âge, le sexe et le corps d’un cyborg du troisième millénaire : son enveloppe est neutre. Elle est hélas ce vers quoi l’Homme va. »
(*F. de Rugy ex Ministre de la Transition écologique et solidaire)
Michel Onfray (Philosophe)

« Insupportable cette hypocrisie et ce double discours permanents ! »
— Marine Le Pen (RN)

« Ne comptez pas sur moi pour applaudir une prophétesse en culotte courte. »
— Julien Aubert (LR)

« Nous n’avons pas besoin de gourous apocalyptiques. »
— Guillaume Larrivé (LR)

« Non à l’infantilisation obscurantiste, la moraline et la terreur par la peur. »
— Jean-Louis Thériot (LR)

De manière plus approfondie et politique, les climato-sceptiques la définissent comme agaçante et perturbatrice de l’ordre scolaire (appel aux étudiants à manifester etc.) mais également comme influente à l’instauration de nouvelles taxes écologiques.

D’autres l’accusent d’être un pur produit marketing qui sert le capitalisme et le greenwashing (technique des marques de se donner une image de responsabilité écologique qui est en fait trompeuse. Un article sera écrit sur le sujet prochainement !). Tous se rejoignent pour remettre en cause “l’humanité” de Greta Thunberg : elle ne serait pas un être libre, mais un être soudoyé par des forces de l’ombre aux intérêts politico-économiques aussi sombres qu’eux (#complots). Dernier complot de ce type en date : le vote du CETA.

Il s’agit d’un accord commercial bilatéral de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada. Signé le 30 octobre 2016, il est entré en vigueur le 21 septembre 2017. L’accord a été vivement critiqué par les organisations écologistes et par les agriculteurs, qui craignent une concurrence déloyale et un un désastre écologique. Ainsi, les droits de douanes sur 98 % des produits échangés avec l’UE seront supprimés. Il a été finalement approuvé ce 23 juillet 2019 par les députés français moins de 2 heures après le discours de Greta Thunberg sur la crise écologique, un calendrier plutôt paradoxal et amusant ou triste de sens, libre à chacun de choisir.

Sur un ton plus léger nous vous invitons à connaître davantage TOTEEM. Une marque éco-responsable qui s’engage. 

  • Sacs en coton entièrement biologiques
  • Encre d’impression biologique et française
  • Sacs Labellisés Fairtrade (commerce équitable)
  • Utilisation de papier recyclé au quotidien
  • Impression papier quasiment inexistante
  • Envoi des colis dans des enveloppes faites en matière recyclés avec timbre vert (pas de trajets aériens)
Voir plus d’informations sur l’histoire des totebags toteem